Magazine Culturel Français-Español #47

Consultez votre Magazine de la rentrée en cliquant sur l’image. 
Découvrez dans ce numéro l’hommage à João Gilberto, la 4e partie de l’histoire de la Salsa, 
et la route du Jaguar : 

🇫🇷 EDITORIAL 47 : Les peuples autochtones 

Notre seul problème dans ce monde, c’est de répéter « que nous ne pouvons rien changer ». Nous croulons sous la pollution, les guerres, les maladies, les inégalités, et nous ne pouvons pas les stopper parce que, sinon, le monde se paralyserait, les économies et l’emploi chuteraient. « Il faut de la croissance ! Une croissance sans limites sur une planète limitée. L’argent est la solution à tout. » Plus personne ne croit que quelqu’un trouvera la solution à nos problèmes parce que nous pensons que rien ne peut être changé, que l’on ne peut pas sortir de ce cercle vicieux. Nous devons maintenant nous tourner vers les peuples indigènes qui ont traversé l’histoire tout en conservant la planète, en multipliant la nature et en utilisant juste le nécessaire pour leur survie sans accumuler les déchets de manière incontrôlée. Nous enterrons au fond de la mer les produits radioactifs et les déchets de la construction des armes nucléaires. Ce n’est pas un problème économique, comme le soutiennent ceux qui sont à la tête des économies du monde. C’est plutôt un problème psychologique, spirituel ou d’éducation comme le disent les indigènes. Dans certaines tribus, qui survivent encore aujourd’hui, la terre appartient à tous, les maisons sont construites pour tous, les outils sont à tous et tout ce qui est produit appartient à tous. Comment pourrait-il y avoir de voleurs ? Dans de nombreuses communautés, le possessif “mon” n’existe pas et le “je” existe uniquement pour exprimer une unité, pas la possession. Il n’y a pas de hiérarchies mais des personnes qui partagent leurs connaissances et leurs expériences avec les autres. Nous avons beaucoup à apprendre des peuples autochtones qui ont conservé leur relation avec la nature. Nous n’allons pas retourner vivre dans la jungle, mais nous pouvons changer nos mentalités et agir en accord avec nos pensées. De ce point de vue-là, les peuples indigènes ont des siècles d’avance sur nous en matière de civilisation. Ce sont les personnes qui constituent la société, et non pas la société qui crée les personnes. C’est pour ça qu’en changeant, l’individu change la société. Arrêtons de culpabiliser les autres, arrêtons de nous mentir : nous vivons dans un monde irréel et séparé de la nature, cette nature dont nous faisons partie et qui est la seule réalité.


🇪🇸 EDITORIAL 47: Los pueblos originarios

El único problema de nuestro mundo actual es el de repetir « que nada se puede cambiar ». Estamos llenos de contaminación, guerras, enfermedades, desigualdades que no podemos detener porque el mundo se paralizaría, las economías y los empleos disminuirían. “_ ¡Hay que crecer!, crecer al infinito en un planeta finito. “El dinero todo lo solucionará.” Ya nadie cree que alguien tenga la solución a nuestros problemas, porque creemos que nada se puede cambiar para salir de este círculo vicioso. Debemos ahora mirar a los pueblos primarios que han atravesado la historia conservando el planeta, multiplicando la naturaleza y utilizando lo necesario para su subsistencia sin crear basureros incontrolables de desperdicios. Estamos enterrando en el fondo del mar los productos radiactivos, desechos de la construcción de armas nucleares. El problema no es económico, como lo plantean quienes manejan las economías del mundo. Es más bien sicológico o de educación o espiritual como dicen los indígenas. En algunas tribus que aun sobreviven; la tierra es de todos, las casas son construidas por todos, los útiles son de todos, lo que producen es de todos, ¿cómo podría haber allí ladrones? En muchas comunidades no existe el posesivo “mío”, el “yo” existe como unidad no como posesión. No hay jerarquías sino personas que comparten sus conocimientos y experiencias con otros. Los pueblos originarios que han mantenido su relación con la naturaleza tienen mucho que enseñarnos. No vamos a volver a la selva, pero podemos cambiar mentalmente y actuar como pensamos, en esto, los indios nos llevan siglos de adelanto en ser civilizados. Las personas conformamos la sociedad, no es la sociedad la que crea personas; por eso es que cambiando el individuo cambia la sociedad, no sigamos culpabilizando a otro ni diciéndonos mentiras, vivimos en un mundo irreal lejos de la naturaleza de la cual hacemos parte y esta es la única realidad.

Téléchargez la version PDF du magazine // Descargar la revista en Pdf

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *