Une « platonera »* Crédits : Salvatore Laudicina Ramírez

Tandis que le soleil caresse le ciel de la côte sud du Pacifique en Colombie, et qu’une marée de corps humains vague d’un endroit à l’autre, prises dans leur quotidien, Las Platoneras de Buenaventura – une des villes-ports les plus importantes de Colombie et d’Amérique latine – vendent du poisson frais dans les halles situées dans différents endroits de la ville. 

Vêtues d’espoir, arborant un sourire qui semble tout embaumer sur leur passage, Les Platoneras de Buenaventura mènent chaque jour un véritable combat pour aller de l’avant. Sans elles, la ville manque de magie et ressemble à un simple assemblage d’asphalte et de grisaille.

“Las Platoneras” de Buenaventura (Colombie) parcourent la ville en vendant leurs produits
“Las Platoneras” de Buenaventura (Colombie) parcourent la ville en vendant leurs produits

Ces photographies rendent hommage à ces femmes qui ont consacré leur vie à un travail digne d’admiration et d’éloge. Travail qui a incontestablement fait d’elles, au fil du temps, des exemples de persévérance, d’initiative et de courage.  

“Las Platoneras” de Buenaventura (Colombie) parcourent la ville en vendant leurs produits
“Las Platoneras” de Buenaventura (Colombie) parcourent la ville en vendant leurs produits

* Le platón est un grand récipient dans lequel les femmes transportent le poisson ou les fruits qu’elles vendent.

Salvatore Laudicina Ramírez

Salvatore Laudicina Ramírez

Autrice de l'article